[TFGA n°9] Nos peurs inavouables

Et c’est parti pour la neuvième édition du TFGA, concept désormais bien connu, lancé par le non moins fameux Alex Effect! Je ne rappellerai pas le principe, si vous voulez en savoir plus allez visiter son blog. Ce mois-ci le thème est « nos peurs inavouables » et je suis particulièrement en retard pour des raisons que je ne rappellerais pas (révisions, concours, blabla…). Je suis bien contente que ce thème soit un peu plus précis que celui du mois dernier, « si jeune et déjà si… » qui m’avait particulièrement donné du fil à retordre. Les « peurs inavouables » m’ont fait tout naturellement penser au premier abord à ce qui me fait peur dans les jeux: les monstres qui surgissent du noir, les araignées, les passages sous l’eau, etc… Mais j’avais déjà fait un article sur ce sujet il y a quelques temps (vous pourrez d’ailleurs le trouver ici, bim placement d’article) donc j’ai décidé de prendre une autre direction. Je vais vous parler de peurs vraiment personnelles et qui peuvent être générales, mais dans ce cas particulier reliées aux jeux vidéos bien évidemment. Ce sont donc des angoisses très personnelles, mais auxquelles, je pense et j’espère, certains d’entre vous pourront s’identifier. Enjoy!

5. Les cons.

Rassurez-vous, je n’ai pas la phobie des cons, sinon j’aurai bien du mal à survivre étant donné qu’il y en a partout et, plus particulièrement, ils ont tendance à se dévoiler sur internet et les jeux en ligne. Ici, je ne vise pas les cons en général, ce serait une catégorie beaucoup trop large, mais plutôt les connards misogynes ou les imbéciles qui pensent que les jeux vidéos sont uniquement pour les enfants. Pour la première catégorie, je n’ai jamais eu trop de problèmes à part du temps ou je jouais à Dofus où les demandes de strip-tease par webcam étaient quotidiennes (ah Dofus, ton monde merveilleux et ta communauté de merde…) et où je me suis souvent pris des « t’es douée pour une fille »/ »normal que tu sois nulle pour une fille ». Inutile de préciser que je ne supporte pas ce genre de remarques stupides. Ce qui fait que j’ai toujours une petite appréhension, surtout quand il s’agit de jouer en ligne, puisque je n’ai bien évidemment pas envie de devenir la cible d’insultes gratuites sous prétexte qu’il se trouve que je suis une fille. De manière générale dans la « vraie vie », ce qui arrive le plus souvent c’est que quand on arrive à parler jeux vidéos avec des gens qui ne me connaissent pas, ils assument tout naturellement que c’est mon copain le gameur du couple, ce qui a tendance à m’agacer.
En ce qui concerne la deuxième catégorie, je n’y ai heureusement pas droit souvent puisque je choisis bien mes amis et que j’évite de parler de jeux vidéos et autres éléments de culture geek avec ma famille. Cependant, il fut un temps où mes parents me disaient que j’étais trop vieille pour jouer à Pokémon (vers mes seize ans) et je redoute qu’avec le temps les réflexions du genre « t’es pas un peu trop vieille pour jouer aux jeux vidéos/ lire des manga/ collectionner des figurines? » se fassent plus communes… Oui, je redoute. Bref, ce ne sont pas vraiment des peurs et si ça se présente je saurai y répondre, mais je n’ai clairement pas envie de rencontrer ce genre de situations.

ASH don't be a hater dead

4. Vieillir et devenir blasée.

Ce qui me mène à mon point suivant: la peur de vieillir (paf, transition). Non, je n’ai pas peur d’avoir des rides et des cheveux blancs, pour l’instant je m’en fous un peu même. J’ai peur de perdre la capacité de m’émerveiller devant quelque chose, d’avoir de l’imagination, d’être fan. Je remarque qu’il est de plus en plus difficile pour moi de trouver des choses qui m’emballent vraiment. Récemment, je me suis jetée à bras ouvert dans la trilogie Mass Effect et j’ai tellement aimé que j’ai fini les trois jeux en à peu près un mois, j’ai accroché des pixel art des personnages sur mon armoire et j’ai acheté une figurine de Garrus (et puis je VEUX les autres figurines et les artbooks). Oui mais voilà, ça fait longtemps que rien ne m’avait fait cet effet-là. Quand je regarde les sorties de jeux vidéos, la plupart du temps je suis au mieux un peu intriguée, mais généralement je suis surtout blasée. J’évite de trop m’enthousiasmer, sans doute de peur d’être déçue et sans doute parce que j’ai déjà joué à tellement de jeux merveilleux qu’il faut mettre la barre sacrément haut pour vraiment m’impressionner. J’ai aussi peur de me laisser emporter dans la vie « d’adulte responsable » et de devenir un de ces cons sans intérêt que je citais plus haut, de passer en mode métro, boulot, dodo et de n’avoir plus le temps ou l’envie pour des loisirs. Au contraire, je veux conserver l’amour des jeux, entre autres, et rester jeune dans ma tête malgré ce que me réserve la vie.

891e1a6399a72cb5e16f4607bdff8a45

3. L’excès matérialiste.

Souvent, quand je regarde ma collection ou que j’achète un nouveau jeu ou des goodies, je culpabilise. Oui, je suis une collectionneuse, jeux, manga, figurines, peluches, artbook, DVD… J’aime accumuler tout un tas de trucs. Mais souvent, je me demande pourquoi je dépense mon fric dans tout ça, pourquoi j’accumule toutes ces conneries sur mes étagères. Oui, ça me fait plaisir mais n’est-ce pas un peu vain? Sans vouloir vous déprimer, on finira tous à l’état de poussières donc au final, à quoi bon amasser tout ça? Et puis en terme de jeu, j’ai vraiment honte d’acheter plus que je ne joue. Ci-dessous, vous pouvez voir l’intégralité de ma bibliothèque Steam, soit 48 jeux. En vert ce sont les jeux que j’ai terminés, en rouge ceux que je n’ai pas commencés et en violet ceux qui ont une rejouabilité quasi-infinie. J’en ai à peu près autant sur PS2, avec encore moins de jeux finis. Ça donne le vertige et c’est trop.

Untitled

2. Ne pas avoir le temps.

Avoir trop de jeux me mène souvent à une autre réalisation effrayante: je n’aurai probablement jamais le temps de tous les finir. Si on compte ce que j’ai, les nouveaux jeux qui s’ajoutent à la liste chaque année et puis le travail et mes autres loisirs, ça fait peur. Je n’aurai jamais assez de toute une vie pour jouer à tous les jeux que je veux. Pour pallier à ce problème, j’essaie désormais de plus réfléchir avant d’acheter un jeu et d’éviter autant que possible les RPGs interminables et les rogue-like infinis. Mais wahou, c’est quand même effrayant.

too-many-games-to-choose-from-thumb

1. L’évolution.

Enfin, j’ai peur de l’évolution du jeu vidéo. J’ai déjà eu beaucoup de mal à me mettre aux jeux en ligne, au dématérialisé, aux paiements sur l’eshop et le PS Store. Et le monde du jeu va encore plus vers ça, le tout connecté et dématérialisé. Il me semble qu’il y a quelques temps, Sony ou Microsoft (remarquez encore une fois le sérieux et l’exactitude de mes recherches, hum) avait annoncé leur souhait de ne plus faire de consoles physiques, puis il y a Nintendo qui veut passer aux jeux sur portable et l’émergence, lentement mais sûrement, de l’Oculus Rift (et autres machins dans le genre). Je suis peut-être vieux jeux, mais j’aime bien avoir des consoles, des manettes et des boîtes. Ce ne serait peut-être pas plus mal pour la planète d’abandonner tout ça, mais je me demande vraiment de quoi l’avenir vidéoludique sera fait et j’ai peur d’avoir du mal à m’adapter.

oculus2

 

Voilà donc pour ma participation au neuvième TFGA! Désolée pour ces notes assez négatives, mais ce sont vraiment des choses qui me posent problème et qui me font m’interroger. J’espère que vous avez pu vous y identifier au moins un petit peu! Merci de m’avoir lue, pour ma part je vais enfin pouvoir aller voir les participations des autres blogueurs!

4 réflexions sur “[TFGA n°9] Nos peurs inavouables

  1. Pingback: Alex Effect » TFGA n°9 : Nos peurs inavouables

  2. Décidément, ce thème n’est pas très joyeux, j’essaierai de trouver plus réjouissant à l’avenir ^^

    Je partage entièrement ton n°4 et je m’attriste moi-même de ne plus avoir de « papillons » dans le ventre au moment du déballage/installation d’un jeu, c’est bien triste …

    Pour tes 3 & 4 je partage également ce « souci », c’est pour ça que depuis quelques mois/années je tente tant bien que mal de raisonner mes achats, et essaie de m’appliquer à finir mes jeux …. ce qui n’est pas toujours gagné …

    Enfin ton n°1 moi je le dis clairement (et ça fera d’ailleurs l’objet d’un prochain article) je n’adhère pas du tout à ce délire de réalité virtuelle. Ca restera un truc « fun sans plus », un gadget, comme l’a été Kinect à l’époque. Et puis que dire du fait que ça coupe littéralement du monde … bien naze 😡

    • Je confirme, c’était un peu plombant à écrire, ça me rappelle à quel point je n’ai plus le temps pour tout ça x’)…
      N’empêche, dans les quelques TFGA que j’ai lus j’ai retrouvés beaucoup de ces points. Ça prouve que tout le monde partage ces inquiétudes et c’est presque encore plus déprimant, puisque ça montre que c’est inévitable… Snif.
      J’ai hâte de lire ton article sur la réalité virtuelle, je ne me renseigne pas tant que ça sur le sujet donc peut-être que ça m’apprendra des choses!

  3. Pingback: TFGA 12 – L’anniversaire ça se fête ! | FickLife

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s